6:2 "Et D-ieu parla à Moïse."

Selon Rachi : « Il (1) lui parla (2) [sous forme de] reproche pour s'être adressé [à Lui] en termes durs lorsqu’il Lui avait demandé (3) : "Pourquoi as-Tu rendu ce peuple misérable ?". Et Il (1) lui dit : "Je suis Hachem. Je suis digne de confiance pour récompenser (largement) ceux qui marchent devant moi sincèrement (4)." (…) Cette expression, "Je suis Hachem" est interprétée de la sorte dans de nombreux endroits » (…)

6:3 "Et J'ai apparu à Abraham (…) sous [le nom] 'E-l Sha-daï ' (D-ieu Tout-Puissant)."

[Selon Rachi] : « Je lui ai fait (5) de nombreuses promesses (6) et chaque fois, Je lui ai dit : "Je suis le D-ieu tout puissant". » "Et en Mon Nom – l'Éternel – Je ne me suis pas fait connaître". « Ici (7), il n'est pas écrit : "Je ne leur ai pas fait savoir". Il est plutôt écrit : "Je ne me suis pas fait connaître", ce qui signifie : "Je n'ai pas été connu d'eux par Mon attribut de vérité, qui est la raison pour laquelle Mon Nom est 'Hachem', qui signifie que Je suis digne de confiance pour tenir parole. Car de fait, Je leur ai fait des promesses, mais Je ne les ai pas encore exécutées. »

[Rachi ] désire expliquer [la raison pour laquelle l'attitude d'Hachem selon laquelle Il est « digne de confiance pour tenir parole »] n'était pas encore connue [par les patriarches]. Même si le moment [pour tenir parole] n'était pas encore arrivé (8), [et que les patriarches n'avaient donc aucune raison de s'interroger], le fait est que les [patriarches] ne connaissaient pas [Hachem] sous Son aspect d'être digne de confiance.

Malgré toute son explication (9), cela ne correspond pas à ce qui est écrit dans le texte (10). [Selon l'explication de Rachi ], il aurait été adéquate que le texte dise : «  Je ne leur ai pas fait connaître (Mon Nom "Éternel") » plutôt que « Je ne me suis pas fait connaître ». Il aurait pu également être dit : « Mon Nom "l'Éternel" n'était pas connu d'eux ».

Selon [Rachi ], il se pourrait que [le verset] signifie : « Et Mon Nom est "l'Éternel" et il n'était pas connu d'eux », ce qui veut dire : « Ils ne me connaissaient pas avec ce nom ».

D'autre part, selon le sage Rabbi Abraham [ibn Ezra], la lettre [hébreu] « bet » dans l'expression « b'E-l Sha-daï » (11) est [également] liée [à l'expression « Hou'shmi Hachem » (12)] et signifie : « Et J'ai apparu à Abraham (...) sous [le nom] 'E-l Sha-daï ' (D-ieu Tout-Puissant) et sous Mon Nom 'l'Éternel', ils ne me connaissaient pas. »

Suite...

(1) D-ieu.

(2) C'est-à-dire : à Moïse.

(3) Versets précédents : 5:22-23.

(4) Le mot « sincèrement » ne se trouve pas dans le commentaire de Rachi que nous possédons.

(5) C'est-à-dire : à Abraham.

(6) Dans le commentaire de Rachi que nous possédons : « Je leur ai fait » (c'est-à-dire : aux trois patriarches).

(7) Dans ce verset.

(8) Car les conditions n'avaient pas encore été remplies.

(9) L'explication de Rachi.

(10) En d'autres termes : selon le Ramban, une lecture attentive des versets ici présents ne permet pas d'expliquer la difficulté – pourtant réelle – comme Rachi l'a fait.

(11) Dans notre verset et qui est traduit par : « sous [le nom] 'E-l Sha-daï ' (D-ieu Tout-Puissant) ».

(12) Traduite par : « Et en Mon Nom l'Éternel ».

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Vaéra

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Selon le Ramban, était-il normal que les patriarches n'aient pas encore connu Hachem en sa qualité d'être "digne de confiance" ?

  • Le plus souvent, une personne peut-elle s'attendre à voir d'une façon claire les récompenses ou les punitions qu'Hachem lui envoie ?
  • Existait-il une différence entre les prophètes et Moïse ? Laquelle ?