13:17 "(Et D-ieu ne les dirigea point par le pays des Philistins,) parce qu'il [ki ] est proche (parce que D-ieu disait...)".

(1) Selon Rachi : « Et il aurait été facile de retourner en Égypte par le même chemin. Il existe [à propos de ce sujet] de nombreaux Midrachim ». Cela est également l'avis de Rabbi Abraham [ibn Ezra, selon lequel] D-ieu ne les dirigea point par le pays des Philistins parce qu'il est proche et ils se seraient ravisés (2) et ils seraient immédiatement retournés en Égypte.

Selon moi, si [la signification du mot "ki "] était comme ils l'on dit (3), [l'expression] « Parce que D-ieu disait » aurait été placée avant [l'expression « Parce qu'il est proche »] et dans ce cas-là, le verset aurait dit : « D-ieu ne les dirigea point par le pays des Philistins parce que D-ieu disait : "Parce qu'il est proche" et le peuple pourrait se raviser ».

Cependant, [l'explication] adéquate [est celle qui consiste à] dire que [le verset] dit seulement que « D-ieu ne les dirigea point par le pays des Philistins » qui « est proche » [même si] cela aurait été à leur avantage qu'Il les dirige par cette voie [et s'Il ne l'a pas fait, c'est] « parce que D-ieu disait : "Le peuple pourrait se raviser à la vue de la guerre et retourner en Égypte". »

La raison pour laquelle [les juifs auraient dû affronter] la guerre – s'ils avaient traversé le pays des Philistins – est que les Philistins ne leur auraient pas accordé le droit de traverser [leur pays] en paix et [par conséquent,] ils seraient retournés en Égypte. D'autre part, en prenant la direction du désert, [les juifs] ne devraient pas affronter la guerre avant d'atteindre les pays de Si'hon et Og – les rois des Ammonites – qui leur avait été donnés [aux juifs] et ils seraient alors loin de l'Égypte (4).

La guerre d''Amaleq à Refidim (5) ne fut pas une raison valable pour retourner [en Égypte] dans la mesure où [les juifs] ne traversèrent pas leur pays (6) et de fait, c'est lui [i.e. 'Amaleq] qui sortit de son pays et mena la guerre contre eux à cause de sa haine à leurs égards.

Et même s'il leur été venu à l'idée de retourner en Égypte, cela ne les aurait pas aidé car dans ce cas, [le peuple d''Amaleq] leur aurait tout de même fait la guerre [en les poursuivant] le long du parcours. De plus, ils étaient alors loin de l'Égypte à cause du chemin tortueux qu'ils avaient emprunté et de toute façon, ils ne connaissaient pas un autre parcours.

Selon Rachi [à propos de ce qui est écrit dans notre verset] : « À la vue de la guerre »: « Par exemple : celle [à laquelle il est fait référence dans le verset (7)] : « Le 'Amaléqite et le Cananéen (...) descendirent, les battirent… ». S'ils avaient emprunté la route directe, ils seraient retournés. [Nous pouvons parvenir à cette conclusion car] même lorsqu'ils empruntèrent un chemin tortueux, ils dirent (8) : "Donnons-nous un chef et retournons en Égypte ". À plus forte raison s’ils avaient emprunté un chemin direct ».

Suite...

(1) La question est la suivante : « Quelle est la signnification du mot " ki " ? » Selon Rachi – et Ibn Ezra – ce mot signifie "parce que", tandis que selon le Ramban, le fait que le pays des Philistins fut proche n'est qu'accessoire et la raison pour laquelle Hachem ne les dirigea pas par ce chemin est parce qu'en traversant ce pays, le peuple aurait dû mener une guerre et aurait pu se raviser...

(2) C'est-à-dire : les juifs auraient regretté de devoir mener une guerre à peine sortis d'Égypte et ils seraient immédiatement retournés...

(3) C'est-à-dire : Rachi et Ibn Ezra.

(4) Et n'auraient donc pas pu se raviser et vouloir y retourner.

(5) Voir plus loin 17:8-13.

(6) Du peuple d''Amaleq.

(7) Nombres 14:45.

(8) Ibid. 14:4.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Béchala'h

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Le Ramban, partage-t-il le même avis que celui de Rachi à propos du premier verset de la Paracha ?

  • Pour quelle raison les enfants d'Israël sortirent-ils armés d'Égypte ?